Les produits ménagers écologiques, faites-les vous-même !



Qui pourrait croire qu’un acte aussi innocent qu' entretenir son logement et/ou son lieu de travail puisse devenir une activité nocive ? Néfaste pour la santé, pour l’environnement mais aussi pour… son porte-monnaie.
En vente libre dans nos supermarchés, parfois à proximité des petits pots pour bébés, des produits laitiers ou des cosmétiques, les produits d’entretien contiennent beaucoup de substances chimiques plus ou moins complexes.
Pourtant, des solutions naturelles pour faire le ménage existent et montrent leur efficacité.
L’Arehn leur a consacré une fiche technique : Les produits d’entretien, faites-les vous-même !
Fabriquer ses produits ménagers devient un phénomène de société puisqu’il allie les éléments essentiels du contexte actuel : protection de l’environnement et de sa santé, manière de pallier la crise et partage des savoir-faire. Bref, un véritable outil de développement durable.
Pour aller un peu plus loin, voici un dossier sur les produits ménagers : de leurs dangers aux solutions alternatives.

Un produit d’entretien, qu’est-ce que c’est ?
Les produits ménagers ont pour fonction de nettoyer et laver les surfaces. Ils sont fabriqués, pour la plupart, à partir de substances issues de l’industrie pétrochimique.
Pour être nettoyant, le produit ménager nécessite un agent lavant ou tensioactif (agent de surface qui permet de dissoudre la salissure), dilué dans l’eau ou du solvant. Selon l'utilisation du produit ménager, l’ajout d’ingrédients plus ou moins sophistiqués sera nécessaire :
  • des acides pour détartrer,
  • des bases pour accroître l’efficacité des savons,
  • des détergents pour dissoudre les graisses,
  • des adjuvants pour blanchir, désinfecter, aseptiser, parfumer, conserver
  • des azurants optiques pour redonner de la luminosité au linge blanc,
  • des enzymes pour agir sur les taches,
  • des parfums, etc.
  • En savoir plus
  • Les étiquettes "produits d’entretien", sans prise de tête !Econso.be  - Fiche sur les ingrédients des produits de nettoyage (mai 2010)
  • Beaucoup trop de produits ménagers !
    Nos placards regorgent de produits ménagers. Ils ont tous un usage bien précis : un pour récurer, un pour désinfecter, un pour dégraisser, un pour faire briller, un pour désodoriser, un pour cirer, un pour détacher… Mais ce n’est pas fini parce qu’il en faut bien un pour chaque pièce de la maison : la salle de bain, le salon, les toilettes, la cuisine, le garage… Il faut aussi un produit spécifique pour chaque type de surface : le bois, l’émail, les cuivres, l’inox ou l’argenterie, le parquet, le carrelage, le four… En ce qui concerne les produits pour l’entretien du linge, il y a la lessive pour le linge noir, une pour la laine, un produit pour blanchir le linge, un autre pour adoucir et enfin (ou presque…) la lingette décolorante…

    Source : Espace Environnment

    Pourquoi tant de produits pour faire le ménage?

    La petite histoire d’une révolution industrielle


    C’est en 1916 qu’apparaissent les premiers détergents synthétiques. Auparavant, et depuis plus de 3 000 ans, le savon était le seul produit de nettoyage pour l’hygiène corporelle et l’entretien du linge et de la maison.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, un problème majeur précipite les recherches sur les détergents de synthèse. C’est la pénurie des graisses animales et végétales essentielles à la fabrication du savon et l’armée doit trouver des solutions efficaces pour le nettoyage des uniformes dans l’eau froide et éventuellement calcaire.
    A partir de 1946, les détergents industriels se développent. Ces produits chimiques sont issus de l’industrie pétrolière. Ils contiennent des adjuvants et agents de surface : dégraissant, solvant, agent moussant, conservateur, parfum, colorant, désinfectant... Ils deviennent alors plus efficaces que le savon..
    A partir des années 50, les détergents multi-usages auront la préférence des ménagères et le savon ne servira presque plus pour le nettoyage de l’habitat.
    Définitions
    Adjuvant : produit ajouté à un autre pour en renforcer l'action.
    Agent de surface : nommé aussi tensioactif, il augmente les propriétés d’étalement, de mouillage d’un liquide (voir les explications sur le site techno-sciences.net).
    En savoir plus
    L’histoire du lavage : Comment avons-nous amélioré nos méthodes de lavage depuis la préhistoire.Procter & Gamble* (Pdf, 23 pages – 2009)
    Découpé par périodes : la Préhistoire, les Temps anciens, le Moyen Âge, la Renaissance, les XVIIIe et XIXe siècles, les XXe et XXIe siècles.
    Découpé par thématique : le savon, les bains, le lavage du linge, l’approvisionnement en eau, les installations sanitaires, les répercussions sur l’environnement, la mode et les tissus, biographie des scientifiques, les étapes de l’histoire des machines à laver et des séchoirs, la fabrication du savon de Marseille et les étapes du développement des produits de lessive et de vaisselle.
    Version pédagogique ( http://www.scienceinthebox.com/fr_FR/publications/how.html)
    Cliquez sur l'image pour voir l'animation
    *Procter & Gamble Co. est une multinationale américaine spécialisée dans les biens de consommation courante (hygiène et produits de beauté) – Source Wikipédia)

    La publicité, les industriels et les consommateurs

    Depuis l’apparition des premiers détergents de synthèse, la publicité proclame la nécessité d’aseptiser, de désinfecter et de traquer la moindre bactérie pour protéger toute la famille d’une éventuelle infection ou épidémie. La propreté commencerait par l’élimination des microbes !
    Les solutions proposées par les industriels sont radicales : des produits ménagers super puissants, des emballages colorés, des odeurs enivrantes  et des gadgets très ingénieux (cellule de détection, bec verseur en forme de cou de canard…) pour éradiquer sans détour le moindre microbe.
    Résultat, les consommateurs, rongés par la culpabilité et happés par la société de consommation, dépensent des fortunes dans l’achat de produits riches de promesses : "lave plus blanc que blanc", "Antibactérien", "Nettoie sans frotter", et même plus surprenant : "Détartre le tartre que l’on ne voit pas"… Et évidemment tout cela sans aucun effort ! Quant aux "odeurs de propre", elles cachent souvent des produits toxiques.
    Garanti sans phosphates !
    Certaines marques de lessives affichent des produits "sans phosphate". Il faut savoir que, depuis la loi du 1er juillet 2007, les phosphates sont interdits dans les lessives domestiques. Ils sont cependant toujours autorisés dans les lessives industrielles et les produits de nettoyage pour les lave-vaisselle.
    Les dangers de la désinfection
    La désinfection n’est pas toujours utile. Elle ne sera prescrite que dans le cas d’une maladie déclarée contagieuse (hépatite, salmonellose…) par un médecin ou des services de la santé publique.
    Une désinfection peut nuire à la santé car elle détruit la flore bactérienne utile à la protection immunitaire de l’être humain et laissant place à la prolifération d’autres micro-organismes (dont certains pathogènes entraînant des maladies infectieuses et des allergies).
    D’autre part, l’utilisation de produits désinfectants, ou antibactériens, sur des surfaces non nettoyées ne permet en aucun cas une bonne hygiène. Mieux valent un nettoyage et un dégraissage réguliers des surfaces.
    En savoir plus
  • Désinfecter peut nuire à la santé (janvier 2012) - Ecoconso (Belgique)
  • Pourquoi et comment se passer d’eau de Javel  (avril 2012) - Ecoconso (Belgique)
  • Quelles sont les conséquences ?
    Sur l’environnement
    A chaque étape de sa vie, de sa conception à son élimination, un produit ménager a des effets préjudiciables pour l’environnement. Extraction des matières premières, transport, transformation, fabrication, distribution, consommation et élimination occasionnent des émissions polluantes et une consommation d’énergie importante.
    Lors de son utilisation, les 30 à 40 substances composant un produit ménager se retrouvent inévitablement dans les eaux usées domestiques. Le traitement des eaux usées en station d’épuration n’est pas suffisant pour "nettoyer" toutes les substances toxiques d’un produit ménager. En ce qui concerne les logements sans équipements (réseau d’assainissement ou installation d'assainissement individuel), les eaux usées et polluées sont directement rejetées dans le milieu naturel.

    Quelques substances de base et leurs impacts


  • La soude caustique, très basique, augmente le pH des eaux résiduaires qui sont déversées dans les cours d’eau. Ceci constitue une menace pour la flore et la faune aquatique (les poissons peuvent alors mourir d’asphyxie).
  • Les solvants contenus dans les détachants se dégradent très lentement et provoquent de graves pollutions des eaux. Chez l’homme, ils agissent sur les voies respiratoires, les reins, les yeux ; ce sont de puissants neurotoxiques (détruisant les cellules nerveuses).
  • Les désinfectants tels que le formol et les phénols, qui se retrouvent dans les eaux usées, entraînent un mauvais fonctionnement des stations d’épuration.
  • L’eau de Javel libère du chlore. Lors de sa production, de son utilisation puis de son rejet avec les eaux domestiques, ce chlore peut se combiner à des molécules organiques (contenues dans les sols, les eaux et l’air) et former des organochlorés, composés toxiques, persistants qui s’accumulent dans les chaînes alimentaires.

  • Définition
    Eaux résiduaires : eaux qui ont fait l’objet d’une utilisation domestique, c'est à dire les eaux usées.

    En savoir plus
  • Produits ménagers : le geste écocitoyen (Collection Connaitre pour agir - Arehn, octobre 1997)
    Fiche expliquant la pollution et la toxicité des produits d’entretien, et qui place chaque citoyen en situation de responsabilité dans les gestes de la vie quotidienne : lessive, toilette, entretien, etc.
  • Les produits ménagers : nettoyez sans polluer ! - Dossier d’actualité de l’Arehn, novembre 2007
    Les produits d’entretien peuvent contenir des substances chimiques dont certaines ne sont pas biodégradables et dont les impacts sur l’environnement et la santé sont négatifs.
    Au-delà de l'utilisation de produits certifiés NF-Environnement ou Ecolabel européen, il est possible d’avoir des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Il suffit d'éviter les produits qui contiennent du phosphate (qui contribue au développement d’algues portant atteinte à la vie aquatique), des enzymes, du plomb, du mercure, etc. et de privilégier les produits naturels. Les nettoyants écologiques se multiplient et sont aujourd’hui largement commercialisés dans les circuits spécialisés.
  • Guide méthodologique pour l’évaluation des incidences sur l’environnement. Savons et détergents – Direction générale des ressources naturelles et de l’environnement (DGRE, B-Liège), pdf, 41 p.
    Le petit guide vert du bio-ménage !
  • Faire le ménage de façon durable en protégeant sa santé et l’environnement - Association Santé Environnement France, 8 p., format Pdf,  "De nombreux produits ménagers courants contiennent des substances toxiques qui peuvent être dangereuses pour notre santé et pour notre environnement.
    Pour autant, faut-il arrêter de faire le ménage et laisser s’accumuler bactéries, acariens et poussières ? Bonne nouvelle ! Il est possible aujourd’hui de nettoyer tout en respectant sa santé et son environnement.
  • Quelques conseils des médecins de l’Association Santé Environnement France et des membres de l’Association bbvert pour un ménage durable.


  • À voir
    Produits : leurs impacts sur l’environnement (cycle de vie)- Consomag, Ademe et INC, 2010, 2’50
    Sur la santé
    Selon l’Observatoire de la qualité de l’air, l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Or, nous passons en moyenne 22 heures par jour en espace clos ou semi-clos. Près de 900 substances chimiques sont émises dans nos maison et finissent inexorablement dans notre sang. Les produits d’entretien, très concentrés et donc agressifs, contribuent à cette pollution par les agents chimiques toxiques qu'ils renferment  : benzène, formaldéhyde, éthers de glycol… Ces substances chimiques sont très volatiles. En les respirant et au contact de la peau, l’utilisateur s’expose à différentes pathologies : irritations des bronches, de la peau, des yeux, du système digestif, mais aussi allergies ou asthme. Plus grave, les substances toxiques peuvent atteindre les systèmes nerveux et respiratoires et favoriser des tumeurs cancéreuses.
    Des études ont mis en évidence le lien entre l’exposition à des molécules présentes dans certains produits ménagers et des cas de cancers chez les femmes de ménage ou de malformations congénitales chez les bébés de femmes enceintes exposées aux solvants. D’autres démontrent que les enfants vivant dans un environnement trop aseptisé seraient plus vulnérables face aux allergènes.
    Attention à la Javel
    La combinaison de plusieurs produits ménagers peut générer une réaction chimique et l’évaporation de gaz toxiques. Par exemple, l’utilisation conjointe d’eau de Javel et d’un produit acide (détartrant, vinaigre d’alcool) provoque le dégagement de chlore. Conséquences pour l’utilisateur : irritation des voies respiratoires et des yeux, maux de tête ou œdème pulmonaire.
    Rappelons que l’eau de Javel est présente dans la plupart des poudres et des liquides de nettoyage, notamment les blocs disposés dans la cuvette des toilettes.
    L'eau de Javel, chlorée, peut générer des organochlorés, molécules toxiques et cancérigènes, soupçonnés de nuire aux systèmes de reproduction, neurologique, et immunitaire.

    En savoir plus

    À voir

    Produits ménagers = DANGER - Mieuxetre, 9’43


    Attention ! Nettoyants ménagers dangereux
    INC (Canada), 4’56
    Sur le mode de consommation
    Le marché des produits ménagers se porte bien !

    Chaque année, les Français font 7,3 milliards de lessives (20 millions par jour), soit par famille 220 lessives, ce qui représente 26 litres de lessive liquide ou 40 kilos de lessive en poudre. De quoi tuer l'écosystème d'un étang de 6 hectares et de 1,5 mètre de profondeur !

    Annuellement, cette même famille aura consommé 3 à 4 litres de liquide vaisselle, 10 kilos de poudre pour lave-vaisselle et 10 à 20 litres de nettoyant ménager.
    Résultat, on vend pour 41 euros de lessive à chaque seconde en France, soit un chiffre d’affaires de 1,29 milliard d’euros par an. Un marché qui progresse d'environ 2 % chaque année.

    Ce sont environ 2,8 milliards de litres d'eau de Javel qui sont utilisés chaque année dans le monde, soit 86 litres par seconde, pour ses vertus détachantes, blanchissantes, désinfectantes et désodorisantes.

    Chaque année les Français dépensent en moyenne et par foyer, 220 € en produits ménagers, ce qui représente 88 kilos de marchandises plus ou moins toxiques.
    (Chiffres de TNS Worldpanel)

    En savoir plus
  • Les statistiques mondiales écologiques en temps réel - Planetoscope et les articles de Consoglobe
  • Etudes de marché et de consommation : Savons, détergents et produits d’entretien - Service des études et des statistiques industrielles (Sessi, décembre 2008, 2 pages en pdf)
  • Fiche sectorielle des industries des biens de consommation – DGCIS ‐ CREDOC (16 p. en pdf)
  • Que dit la loi  ?
    Les ingrédients des produits ménagers sont régis par le Règlement européen sur les produits ménagers, la directive Biocides et le règlement REACH (enregistrement, évaluation, autorisation et restrictions des substances chimiques). A partir d’un certain pourcentage, certains ingrédients, notamment les phosphates, les phosphonates, les agents de surface, les agents blanchissants, l’EDTA, le NTA et 26 allergènes de parfums doivent être mentionnés sur l’emballage. Les conservateurs, azurants optiques, désinfectants, enzymes et parfums doivent être signalés quelle que soit leur concentration. Les produits irritants ou corrosifs doivent être signalés par des symboles de danger. Certaines substances sont interdites. Mais d’autres, quoique préoccupantes, restent utilisées alors qu’elles pourraient être substituées.

    Définitions
    EDTA : acide éthylène diamine tetraacétique. Il est utilisé en tant qu’agent lavant, nettoyant, désinfectant et anti-calcaire dans les produits vaisselles, les lessives et les anti-calcaires.
    NTA : nitrilotriacétate trisodique. Il est utilisé principalement dans les nettoyants pour salles de bains. Il est très facilement biodégradable mais potentiellement cancérogène pour l'homme.
    En savoir plus
  • Détergents, produits d’entretien et de nettoyage et solvants - Legifrance – Législation et réglementation en vigueur
  • La révolution du "vert"
    Depuis quelques années, les consommateurs semblent de plus en plus conscients du danger potentiel des produits. Pour répondre à la demande, les fabricants affichent sur la plupart des emballages des slogans ou des logos "écologiques". Parfois, ces allégations "vertes","produit écologique", "bon pour l’environnement"… sont trompeuses car elles ne concernent que l’emballage et/ou une partie du produit. Ces qualificatifs ne garantissent en aucun cas que le produit soit sans nocivité pour l’environnement ou la santé des consommateurs.
    Ces dernières années, l’adoption de lois, de normes ou de labels officiels a permis d’apporter une information plus claire sur les produits d’entretien vraiment écologiques. Auparavant, ces produits labellisés étaient surtout vendus dans les magasins spécialisés, mais aujourd’hui le marché s’est démocratisé et ils se retrouvent dans les supermarchés.
    Cependant, leur prix (plus cher) ne permet pas à tous les  consommateurs d’y accéder.
    Autre inconvénient, ils sont encore à utilisation ciblée : un produit pour les vitres, un pour le sol, un pour le four… Ils sont non nocifs pour la santé et 100 % biodégradables, mais, concernant l’impact environnemental, certains paramètres sont encore loin d’être maîtrisés :
    - la production de leurs matières premières concurrence les cultures destinées à l’alimentation ;
    - le transport de ces matières premières depuis l’autre bout de la terre pollue ;
    - la fabrication industrielle de ces produits pollue elle aussi ;
    - ils nécessitent des emballages, eux-mêmes consommateurs d’énergie et de ressources lors de leur fabrication, et producteurs de déchets.
    En bref, pour qu’un produit d’entretien soit vraiment écologique il faudrait qu’il soit fabriqué artisanalement avec des matières premières locales, biodégradables et renouvelables et que sa production n’ait pas d’impacts sur l’environnement.
    Définition
    Produit biodégradable : pour qu’un produit soit considéré comme biodégradable, il doit se décomposer facilement et rapidement, par l’action des organismes vivants, dans la nature, notamment dans l’eau.
    En savoir plus
  • Les produits d'entretien écologiques séduisent (Les consommateurs et les produits ménagers écologiques) - Abonebio
  • Le grand retour des produits naturels
    Selon l'article 1er du texte de la Charte pour l'environnement (mars 2005), "chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et favorable à sa santé."
    Dans un logement, la chasse aux bactéries n’est pas nécessaire. Un entretien régulier est largement suffisant. La prolifération de bactéries dangereuses pour la santé n’a lieu que si certaines conditions sont réunies : accumulation de résidus alimentaires, graisseux et/ou calcaires.
    Les questions à se poser sont les suivantes : quels sont les besoins réels ? Quels produits ? Combien de produits différents ? Les plus chers sont-ils les plus efficaces ?...
    La réponse est simple : quelques produits naturels, polyvalents et très efficaces permettent de nettoyer sans agressivité, ni pour l’utilisateur, ni pour l’environnement, et cela pour une somme dérisoire. Ces produits ne sont autres que le vinaigre d’alcool, le bicarbonate, le savon noir, les cristaux de soude et le savon de Marseille.

    Les bonnes raisons de fabriquer ses produits ménagers
    Économiser
    Fabriquer ses produits ménagers avec des ingrédients naturels permet de faire des économies à court et à long terme.
    Le savon noir, le bicarbonate, le vinaigre, les cristaux de soude… ne coûtent que quelques euros et, pour certains, moins d’un euro.
    Polyvalents, ils offrent l’avantage d’avoir plusieurs fonctions et se prêtent à de nombreuses recettes.
    En savoir plus
  • Le retour du "Faire soi-même" de Ecoconso, novembre 2011

  • Connaître pour comprendre
    Connaître les propriétés des ingrédients qui constituent un produit ménager permet de comprendre leur action sans se perdre dans les étiquettes comme pour les produits du commerce.

    Ne pas nuire à l’environnement
    Utiliser des produits biodégradables et durables pour protéger l’environnement, l’eau, les sols, l’air, etc.

    Protéger sa santé
    Utiliser des produits non nocifs pour ne pas nuire à sa santé et celle de son entourage, notamment les enfants. Bien utilisés, les produits naturels n’ont pas de conséquences sanitaires.

    Être autonome
    L’autonomie dans le choix des ingrédients qui constituent un produit quel qu’il soit, permet d’éprouver  une satisfaction personnelle : celle de ne pas dépendre des lobbys (voir chapitre "La publicité, les industriels et les consommateurs").

    Nettoyer sans agressivité
    Les produits naturels ne sont pas agressifs, tout en restant efficaces. Ils sont plus respectueux du bois, du linge…

    Réduire ses déchets
    L’utilisation des produits naturels permet de réduire considérablement la quantité de déchets. Parce qu’ils permettent la réutilisation de bocaux, de bidons, vaporisateurs... Ils permettent aussi de réduire la quantité de déchets dangereux.
    En savoir plus
  • L’entretien ménager sans produits ni déchets dangereux : rapport technique – CRIOC (Centre de recherche et d’information de organisations des consommateurs), 61 p. (pdf – 340,42 Ko)
    Pour pouvoir prévenir, réduire et gérer correctement les déchets dangereux ménagers, il importe que les consommateurs apprennent à les identifier correctement, notamment via l'étiquetage des produits dont ils proviennent.
  • Être dans la tendance
    Être dans la tendance du "faire tout soi-même" : fabriquer son pain, ses yaourts, ses cosmétiques, ses meubles en carton, son potager… Un retour aux sources qui permet de créer, de partager….
    Internet a permis la diffusion rapide et massive des pratiques, des savoirs et des technologies. Nous sommes naturellement passés du "faire soi-même" à "faire ensemble" avec la multiplicité des forums, réseaux sociaux. C’est devenu un vrai phénomène de société. Sans hiérarchie…
     
    Être responsable
  • Agir de manière responsable, écologique, citoyenne et politique : faire du développement durable.
  • Avoir du bon sens : des produits ménagers très "méchants" pour la saleté auront inexorablement un impact négatif sur l’utilisateur et l’environnement.
  • Peut-on tout nettoyer avec des ingrédients naturels ?
    Oui. Il suffira de quelques ingrédients naturels pour répondre efficacement aux besoins de chacun pour nettoyer, désinfecter, détacher, désodoriser, entretenir le linge, récurer, dégraisser, cirer… toutes les pièces de la maison.
    Des ingrédients comme le vinaigre, le savon noir, le bicarbonate, les cristaux de soude, le savon de Marseille… seront les incontournables pour entretenir de fond en comble toute la maison. Selon les envies et/ou les besoins, ils pourront être utilisés purs, dilués, ou liés à d’autres produits.
     
    Est-ce vraiment efficace ?
    Utilisé à bon escient, un produit ménager naturel est efficace. Le fait qu’un produit ne contienne pas de substances toxiques n’en fait pas un produit médiocre. Bien au contraire.
    L‘efficacité d’un produit ménager naturel exige toutefois une bonne connaissance de ses propriétés. Par exemple, l’action du savon dans une eau dure ne sera pas probante à moins d’y ajouter du bicarbonate ou du carbonate de sodium qui adoucira l’eau et activera le processus de dégraissage et nettoyage.
    En savoir plus
  • Savon et calcaire – Raffa, Le grand Ménage
    Pourquoi les savons sont moins efficaces dans une eau dure.
  • N’est-ce pas une régression ?
    La régression serait d’ignorer ce que l’on sait maintenant sur la nocivité des produits industriels sur la santé, l’environnement…
    Bien entendu, Il n’est pas question de revenir en arrière. Nos grands-mères utilisaient les produits naturels pour entretenir leur logement, mais ils étaient moins pratiques et certains n’étaient pas encore connus.
    Pour laver le linge, les femmes lavaient moins souvent, et l’effort physique contribuait largement au résultat, qui était impeccable. Heureusement, aujourd’hui les lave-linge sont beaucoup plus performants que ne l’étaient les premières machines des années 50.
    Désormais, les produits naturels, comme la lessive à base de savon de Marseille, combinés aux technologies de pointe permettent un résultat aussi probant qu’autrefois, l’effort en moins.
    Si l’idée de fabriquer soi-même ses produits est devenue très actuelle, c’est aussi grâce aux médias. Ainsi, les recettes, échanges d’idées, retours d’expériences, etc. sont de plus en plus mis en avant dans des ouvrages, articles de presse, blogs et forums internet, ateliers de fabrication…

    Est-ce difficile ? Est-ce contraignant ?
    "S’y mettre" sera la seule difficulté, puisqu’utiliser des ingrédients naturels pour nettoyer son lieu de vie est à la portée de tous. Mais, nous ne pouvons pas changer nos habitudes en un jour et il ne faut pas non plus attendre de pouvoir tout changer pour commencer. Si nous remplaçons un produit d’entretien acheté par un que nous aurons fabriqué nous-même, ce sera déjà un grand pas, et les autres suivront.
    Les produits naturels ont l’avantage de s’utiliser bruts ou comme ingrédients dans la fabrication d’un produit prêt à l’emploi. Commencer par utiliser le vinaigre, ou le savon noir ou le bicarbonate sous leur forme initiale, permettra de mesurer leur efficacité : nettoyage des vitres, des robinetteries, de l’évier ou les lavabos….
    Puis viendra l’étape de la fabrication de quelques produits plus complexes, comme le multi-usage, un des plus simples à fabriquer, dont la préparation ne demandera que quelques minutes. C’est un mélange de vinaigre d’alcool, de bicarbonate, d’huiles essentielles, de savon noir et d’eau.
    Le temps de fabrication varie en fonction du type de produit à fabriquer. Par exemple, la fabrication de la lessive sera plus longue, mais pas plus de 10 minutes tout de même… Les premières fois, les gestes sont incertains… mais au fil du temps ils deviennent automatiques, permettant ainsi simplicité et rapidité dans l’élaboration des produits.
    Quelques conseils
  • Fabriquer les produits essentiels et adaptés à ses besoins.
  • Avoir tous les ingrédients sous la main. stockés dans des bocaux, boîtes, flacons, bidons…récupérés et étiquetés (nom de l’ingrédient, propriétés, date…) et dans un endroit accessible (mais hors de portée des enfants).
  • Décorer, personnaliser les bidons, les bocaux de récupération.
  • Disposer du matériel nécessaire pour la fabrication et le nettoyage : entonnoir, râpe, bidons ou bocaux vides, lavettes en microfibres, raclette, brosses, papier journal, gants en caoutchouc, chiffons…
  • Fabriquer les produits sur une surface propre.
  • S’organiser. Ne pas fabriquer tous les produits au même moment.
  • S’informer (beaucoup de livres sont disponibles), partager ses expériences et ses recettes (forums, réseaux sociaux…).
  • Faire de cette activité quelque chose de ludique. Par exemple, organiser un atelier entre ami(e)s.
  • Peut-on trouver facilement les ingrédients dans le commerce ?
    La plupart des ingrédients naturels qui composent les produits ménagers écologiques, comme le vinaigre d’alcool, le bicarbonate, les cristaux de soude, sont disponibles très facilement dans les supermarchés. Mais attention, certains produits victimes de leur succès (vinaigre d’alcool et bicarbonate) sont parfois en rupture de stock dans les rayons. D’autres sont parfois rangés dans des rayons dans lesquels nous n’avons pas l’habitude de les trouver : le bicarbonate peut ainsi se trouver dans le rayon des condiments, des produits ménagers, ou bien dans le rayon bricolage.
    D’autres ingrédients, comme les huiles essentielles biologiques, le savon noir (le vrai), la cire d’abeille ou le percarbonate trouvent rarement leur place dans les supermarchés. Mais les magasins spécialisés en produits biologiques se sont développés et adaptés à la demande des consommateurs. Aujourd’hui, Ils proposent plus facilement ces produits, et de nombreux sites internet spécialisés se sont développés.

    Les ingrédients
    Le vinaigre d'alcool

    Qu’est-ce que c’est ? D’où vient-il ?

    Le vinaigre blanc est aussi appelé vinaigre d’alcool, par opposition au vinaigre de vin, mais aussi vinaigre cristal (il est incolore).
    Contrairement aux autres vinaigres, il n’est pas fabriqué artisanalement à partir du vin ou de fruits, mais industriellement. C’est la gamme de vinaigre la plus récente du marché, la moins chère et la plus employée.

    Le vinaigre blanc est un mélange d'eau et d'acide acétique à hauteur de 6 à 8%. L'acide acétique est obtenu par fermentation d'alcool de betterave ou de maïs.

    En quoi est-il écologique ?

    Malgré une fabrication 100 % industrielle, le vinaigre blanc reste un produit naturel. Biodégradable, il est ni polluant pour l’environnement, ni toxique pour la santé que se soit par contact direct avec la peau ou par inhalation. Il est même comestible, puisqu’il peut-être aussi utilisé pour la conservation d’aliments (cornichons, câpres, etc.). Son odeur forte n’entraîne aucun risque pour la santé, d’ailleurs son évaporation est spontanée.

    Économique

    Très polyvalent et bon marché - moins d’un euro le litre - le vinaigre est un produit ménager super économique. Il fait tout ou presque...
    Il peut remplacer pas moins d’une dizaine de produits ménagers industriels : le nettoyant pour les vitres, le désodorisant, le désinfectant, l’anti-moisissure, le détartrant, l’adoucissant, le nettoyant multi-usage…
    Le vinaigre est parfois vendu en contenant de 10 litres, ce qui diminue encore le prix et la quantité de déchet. Il se conserve très longtemps. Il a aussi l’avantage d’être en vente partout : de la supérette aux grandes drogueries en passant par les magasins de bricolage.

    Efficacité pour le ménage

    L’acide acétique du vinaigre en fait un produit ménager très efficace. Il permet de nettoyer les traces et les dépôts minéraux tels que les pellicules calcaires sur presque toutes les surfaces. Il est cependant recommandé de ne pas l’utiliser sur le marbre, la pierre calcaire et certains métaux (fer, aluminium, zinc). Il ne laisse aucune trace et le rinçage n’est pas utile. En plus il désodorise.
    Le vinaigre est aussi reconnu pour ses propriétés antimicrobiennes. Les microorganismes sont naturellement présents sur notre corps, sur les aliments, les surfaces, les sols…! Ils sont sans danger pour la santé lorsqu’ils sont maintenus à un faible taux. Certaines études microbiologiques attestent que le vinaigre d’alcool (’acide acétique à 5 %) permet de réduire et de retarder la multiplication des bactéries à un niveau sans danger sanitaire.

    Mode d’action

  • Désinfectant : pour les toilettes, la salle de bain, les poubelles, le réfrigérateur et toutes les surfaces.
  • Désodorisant pour les toilettes, les poubelles.
  • Détartrant : pour les vitrages de cabine de douche, les robinetteries, les éviers, les carafes en verre, les bouilloires et les cafetières électriques, les casseroles, les lave-linge et lave-vaisselle…
  • Adoucissant et assouplissant : pour le linge et l’eau de lavage.
  • Détachant : pour les vêtements, les tapis, les moquettes…
  • Nettoyant : pour les miroirs, le cuivre, les carrelages, les brûleurs de cuisinière (attention s’ils contiennent de l’aluminium), les jouets…

  • Comment l’utiliser ?

    Le vinaigre s’utilise de plusieurs manières : pur, dilué ou en base de produit ménager de fabrication artisanale.
  • Prêt à l’emploi, il peut être tout simplement être transvasé dans un vaporisateur pur ou dilué avec 50 % d’eau du robinet pour nettoyer et désinfecter des surfaces de la cuisine, des toilettes, de la salle de bain, des miroirs et des vitres… Le rinçage ne sera pas utile.
  • Pur, il fait briller les carrelages et les céramiques, remplace efficacement le liquide de rinçage du lave-vaisselle et l’assouplissant pour le linge.
  • Mélangé : , ½ tasse et 3 cuillères à soupe de sel (ou de bicarbonate) et du blanc d’oeuf, pour nettoyer les cuivres.
  • Dilué avec de l’eau, il rafraîchit les couleurs des tapis et des moquettes.
  • Mélangé avec de l’huile (50/50), il nettoie et rajeunit le bois.
  • Mélangé à de l’eau très chaude, il décape le tartre des cafetières, des bouilloires, des sanitaires… Il débouche les canalisations.
  • Rappel : Attention au mélange vinaigre et eau de Javel, qui dégage des vapeurs toxiques.
    En savoir plus
  • Vinegar works wonders  - Site d’informations et d’astuces sur l’utilisation du vinaigre pour les taches ménagères 
  • Comment économiser ?  - Trucs et d’astuces sur l’utilisation du vinaigre
  • Le blog pour Econo-Ecolo - Site " Tout faire soi même"
  • Le vinaigre malin de Michel DROULHIOLE, 2009, Leduc. S Editions (Paris)
  • Livre à consulter au centre de documentation ou à acheter dans toutes les librairies
     
    Le bicarbonate de sodium

    Qu’est-ce que c’est ? D’où vient-il ?

    Le bicarbonate de sodium, appelé plus communément bicarbonate de soude, est une poudre blanche très fine obtenue à partir d'un minéral, le natron (composé de carbonate de sodium et de bicarbonate de sodium) ou à travers des réactions chimiques associant du sel et de la craie.
    Le bicarbonate permet d’équilibrer le pH (potentiel hydrogène) de notre corps (sang, salive…), des océans… Sans l’ion bicarbonate, la vie serait impossible.
    Déshydraté, il se conserve longtemps et ne véhicule pas de microbe. Il est soluble dans l’eau, mais peu dans l’alcool. C’est un abrasif doux, ininflammable.
    Ne pas confondre
    Il ne faut pas confondre le bicarbonate de soude avec le carbonate de sodium. Ce dernier peut être irritant sur la peau, il est donc préférable de le manipuler avec des gants.

    En quoi est-il écologique ?

    Le bicarbonate est un produit universel qui traverse le temps. Bien entendu, il s’est purifié, modernisé et industrialisé. 100 % biodégradable,  Néanmoins, ni polluant pour l’environnement ni nocif pour la santé.

    Économique

    Dans le commerce, le bicarbonate est vendu sous deux formes différentes.
    Le bicarbonate technique se trouve en droguerie, dans des magasins de bricolage ou spécialisés (moins de 4 € le kilo). Il ne peut pas être utilisé dans l’alimentation ou la fabrication de cosmétique.
    Le bicarbonate alimentaire, plus raffiné, se vend dans le rayon alimentation des grandes surfaces ou en pharmacie (moins de 4 € les 500 g).

    Efficacité pour le ménage

    Très polyvalent, il fait partie des produits indispensables, comme le vinaigre. Ses propriétés sont multiples pour les taches ménagères : détergentes, décolorantes, adoucissantes, et désodorisantes.
    Il est aussi utilisé dans bien d’autres domaines : jardinage, cuisine, soin du corps et des animaux…

    Mode d’action

  • Décapant : bois.
  • Adoucissant : pour le linge lavé à la main ou en machine.
    En empêchant la formation de calcaire, le bicarbonate permet d’utiliser moins de savon et rend la lessive liquide plus efficace.
  • Désodorisant : poubelles, tapis, moquettes, tissus, réfrigérateur, placards, linge…
  • Détartrant : bouilloire, cafetière…
  • Fongicide : moisissures.
  • Récurant : pour toutes les surfaces (évier, émail, acier inoxydable, argenterie, four, appareils ménagers…). Attention de ne pas l’utiliser sur l’aluminium.

  • Comment l’utiliser ?

    En poudre sèche
    Il neutralise et absorbe les mauvaises odeurs, lutte contre les allergènes et élimine les traces de moisissures.
  • Saupoudrer uniformément sur les tapis, les moquettes et les tissus, puis passer l’aspirateur.
  • Verser dans le fond de la poubelle, des cendriers, des litières pour chat, du panier à linge sale.
  • Remplir un récipient et le placer dans le réfrigérateur.
  • Ajouter 1 cuillère à soupe dans le bac de rinçage de la machine à laver (pour supprimer les odeurs persistantes de certains vêtements).
  • Verser ½ tasse (150 g) dans le siphon des baignoires, lavabos, éviers, bacs de douche, puis faire couler de l’eau chaude.
  • Pour éliminer les traces de moisissures : saupoudrer, laisser agir quelques minutes, frotter avec une éponge, rincer puis sécher.
  • Pour éviter les dépôts de tartre dans la machine à laver : verser (1 fois par mois) ½ tasse dans le tambour de la machine à laver et faire tourner à vide.
  • Ajouter 1 cuillère à soupe dans le tambour de la machine à laver le linge. Le bicarbonate augmente l’efficacité de la lessive sur le linge, désodorise et ravive les couleurs des tissus.

  • Humidifié sur une éponge
    Il récure, sans agressivité, les surfaces encrassées (ne pas utiliser sur l’aluminium).
  • Passer une éponge humide saupoudrée de bicarbonate sur les baignoires, lavabos, éviers, plans de cuisine, bacs, rideaux et parois de douche, le bois (dans le sens des fibres), rincer à l'eau tiède et sécher.
  • Humidifier sur une bosse à dent pour nettoyer les joints de la faïence de salle de bain, de la cuisine…

  • Dissous dans l’eau chaude
    Il détache le linge et l’argenterie (pas plus de 3 cuillères à soupe par litre).
  • Faire tremper l’argenterie dans une casserole d’eau chaude avec une cuillère à soupe de bicarbonate.
  • Faire tremper le linge taché dans du bicarbonate mélangé à de l’eau.
  • Transvaser le bicarbonate et de l’eau chaude dans un vaporisateur pour nettoyer les surfaces du quotidien. Le vaporisateur ne doit pas contenir de résidus de produit dangereux.

  • En pâte
    Il détartre et récure les taches persistantes. La pâte est constituée de 3 volumes de bicarbonate pour 1 volume d’eau
  • Appliquer le mélange sur les parois du four, laisser sécher 6 à 12 heures, puis rincer avec une éponge humide.
  • Appliquer la pâte sur les parois des sanitaires ou robinetteries entartrées, puis frotter avec une éponge ou une brosse et rincer.
  • Appliquer sur les grilles et les plaques des barbecues pour éliminer les résidus alimentaires et les graisses brûlées. Frotter avec une éponge ou une brosse à poils durs puis rincer et sécher.
  • Appliquer sur le mobilier de jardin en plastique, frotter puis rincer.

  • En base de préparation
    Par exemple, un produit multi-usages.
    Ingrédients :
    Bicarbonate, vinaigre blanc, huile essentielle, savon noir, eau, bidon de 2 litres
    Recette :
  • Verser dans le bidon 2 cuillères à soupe (CS) de bicarbonate et 2 litres d’eau tiède. Mélanger.
  • Préparer dans un verre 1 CS de vinaigre + 1 à 3 CS de mélange d’huiles essentielles (citron ou tea tree), puis transvaser dans le bidon.
  • Ajouter 1 CS de savon noir.
  • Agiter, c’est prêt. Agiter à chaque utilisation.
  • Info : le mélange vinaigre + bicarbonate produit une effervescence sans conséquences.
    En savoir plus
  • Mon bicarbonate – Blog de la communauté du bicarbonate – Toutes les informations sur le bicarbonate, ses propriétés, ses diverses utilisations, des recettes….
  • Bicarbonate à tout faire de Anne-Catherine Boulanger et Anita
    Les trucs et astuces pour utiliser le bicarbonate pour entretenir sa maison, cuisiner, se soigner.
    Livre à consulter au centre de documentation ou à acheter dans toutes les librairies
  •  
    Le savon noir

    Qu’est-ce que c’est ? D’où vient-il ?

    Boudé par les consommateurs depuis plus de 50 ans, le savon noir fait son grand retour. Les médias ne tarissent pas d’éloges sur son efficacité et sa polyvalence
    Il est fabriqué normalement à partir de potasse et d'huiles végétales (lin, olive). Il existe sous forme liquide ou en pâte, la couleur allant du brun doré au noir.
    Comme il est très concentré, il n’est pas nécessaire d’en utiliser beaucoup. Même s’il mousse peu, c’est un très bon dégraissant qui préserve les surfaces. Il se dissout facilement dans l’alcool, sans laisser de particules.
    Ne pas confondre
    Il existe d’autres formes de savons noirs :
    - Le savon noir pour la cosmétique : composé de pâte d'olives (olives broyées et macérées), de sel et de  potasse, il a une texture compacte. Il est utilisé pour les gommages de peau.
    - Le savon noir à base d'huile de palme ou de coprah, avec un peu dhuile d'olive mais beaucoup de parfums, additifs, conservateurs… Pensez à vérifier la composition !

    En quoi est-il écologique ?

    Le savon noir est garanti sans OGM, 100 % naturel et végétal, sans conservateur, sans solvant, sans microbille en plastique… Il est donc biodégradable et sans risque pour la santé et l’environnement. Multi-usages, insecticide en agriculture bio, soin aux animaux, cosmétique…

    Économique

    Même s’il faut compter de 7 à 8 € le litre liquide (et 10 à 12 € en pâte), le savon noir est très concentré : seules 2 cuillères à soupe diluées dans un  seau d’eau suffisent pour qu’il soit efficace.
    De plus, il remplace plusieurs produits nettoyants industriels très chers et très toxiques comme les décapants pour les fours, hottes…
    Il est en vente dans les magasins de produits biologiques ainsi que dans les grandes surfaces de bricolage.
    En France, il n’existe qu’un seul fabricant de vrai savon noir à l’huile d’olive – Savonnerie Marius Fabre – installé à Salon-de-Provence. Ses produits sont vendus essentiellement dans les jardineries ou sur Internet.

    Efficacité pour le ménage

    Le savon noir est un puissant dégraissant et détachant puisque le savon associé à l’eau permet la dissolution des matières grasses et l’élimination de la saleté. Il est connu pour être "impitoyable" sur les taches difficiles.

    Mode d’action

  • Puissant dégraissant : four, hotte, grille de barbecue, plaque de cuisson, friteuse, poêle, casserole, plats, vaisselle…
  • Détachant et décapant : taches de goudron, peinture à l’huile (pinceaux).
  • Nettoyant multi-usage : plaque vitrocéramique, vitres…
  • Fait briller, nourrit et protège les surfaces, tous les types de sols même les plus fragiles (sauf les sols vitrifiés) : ardoises, marbre, pierre calcaire, granit, brique, carrelages, linoléums, parquets, céramiques, bétons cirés, revêtements plastiques… mais aussi les cuirs et les tapis.
  • Nettoie les cuivres et l’argenterie.
  • Détachant avant lavage en machine de certains tissus comme les nappes, torchons et serviettes.
  • Base pour fabriquer de la lessive.

  • Comment l’utiliser ?

    Le savon noir peut s’utiliser pur - en pâte ou liquide -  ou dilué dans l’eau.

    Pur

    Il décrasse, dégraisse et nourrit.
  • Pour décrasser, appliquer du savon noir sur les parois encrassées encore tièdes du four ou de la plaque de cuisson, laisser agir une nuit. Nettoyer avec une éponge et rincer à l’eau chaude. Idem pour les poêles, casseroles, friteuses, cuisinières, plaques vitrocéramiques, hottes…
  • Pour dégraisser, verser quelques gouttes ou une noisette de savon noir sur une éponge, ajouter du bicarbonate pour faire une pâte. Laver et rincer à l’eau chaude.
  • Pour nourrir et entretenir le cuir (fauteuils, canapés, sièges de voiture, vêtements, sacs…) : mettre une noisette de savon noir sur un chiffon, frotter et rincer à l’eau tiède.
    Il est conseillé de tester sur une partie non visible de l’objet et de ne pas frotter trop fort pour ne pas décolorer le cuir.


  • Dilué dans l’eau chaude

     Pour nettoyer, nourrir, protéger et faire briller tous les sols ou nettoyer les carreaux, vitres…
  • Pour les sols : verser 1 cuillère à soupe de savon noir dans un seau d’eau chaude (5 litres) et  laver avec une serpillère.
  • Pour les vitres et les carreaux : verser 1 cuillère à café de savon noir dans 2 litres d’eau chaude. Tremper une éponge dans le mélange, laver. Essuyer avec une raclette et sécher avec un chiffon microfibre ou du papier journal.
  • Pour l’argenterie et les cuivres : verser 3 à 4 cuillères à soupe de savon noir dans un grand récipient d’eau chaude. Faire tremper les objets pendant 10 minutes. Egoutter et sécher avec un chiffon doux.
  • Pour laver le linge en machine : verser 2 cuillères de savon noir liquide dans la machine à laver + 2 cuillères à soupe de bicarbonate.
  • Pour détacher le linge avant lavage : verser du savon noir (mou ou liquide) sur la tache, laisser agir un quart d’heure (ou plus si la tache est incrustée) et laver en machine.

  • En base de fabrication de lessive
    Mettre 2 volumes (verre ou tasse) de savon noir dans un récipient. Verser 6 volumes d’eau chaude sur le savon, mélanger et laisser reposer pendant 1 heure. Ajouter 1 volume de cristaux de soude et 1 volume de bicarbonate. Mélanger et verser dans un bidon ou un bocal propre.
    En savoir plus
  • Savons noirs à tout faire : 1 200 trucs et astuces naturels et écologiques – adresses utiles de Inès PEYRET (Dauphin, 2010)
    Un livre complet sur les propriétés du savon noir, de nombreuses informations et références bibliographiques.
    Livre à consulter au centre de documentation ou à acheter dans toutes les librairies

  • Les "cristaux de soude" ou carbonate de sodium

    Qu’est-ce que c’est ? D’où vient-il ?

    Les cristaux de soude sont en fait des cristaux de carbonate de soude. Translucides, ils deviennent blancs au contact de l’air.
    Autrefois, Il provenait d’un minéral – le natron – extrait de gisements situés en Egypte et en Amérique du Nord. Puis il fut produit par incinération de plantes ou d’algues. Les cendres des végétaux étaient d’ailleurs appelées improprement "soude".
    A la fin du XVIIIe siècle, une technique industrielle, le procédé Leblanc, a permis de fabriquer du carbonate de soude en grande quantité à partir du sel marin.
    Très coûteux et polluant, il fut abandonné, en 1870, au profit du procédé Solvay (à partir du sel et de la craie).
    Le carbonate de sodium est beaucoup utilisé dans l’industrie, notamment pour la fabrication du verre, de produits chimiques, des détergents (savons, lessives), des céramiques, du bicarbonate de sodium.

    En quoi est-il écologique ?

    Comme le bicarbonate, il n’est toxique ni pour la santé ni pour l’environnement. Néanmoins, il peut-être irritant pour la peau. Il est préconisé de le manipuler avec des gants en caoutchouc. Attention il n’est pas comestible !

    Économique

    Les cristaux de soude sont en vente dans n’importe quelle grande surface, au rayon lessives ou produits d’entretien, dans tous les magasins de bricolage et les drogueries. Généralement, il est  vendu entre 1 et 3 euros le kilo. Néanmoins, il faut rester attentif aux grandes marques de produits ménagers. Elles proposent le carbonate de soude dans des packagings plus élaborés-: colorés, effets d’annonce - avec des produits parfumés et des additifs chimiques qui augmentent le prix. Mieux vaut un conditionnement simple et sans artifice, souvent semblable à un paquet de sucre, moins coûteux pour un produit pourtant équivalent.

    Efficacité pour le ménage

    Très corrosif, le carbonate de soude est intraitable avec la saleté. Ses propriétés dégraissantes et désinfectantes sont telles qu’il est fortement conseillé de le manipuler avec des gants en caoutchouc. De même que les cristaux de soude ne conviennent pas à certaines surfaces : bois cirés, parquets et aluminium.
    Comme le bicarbonate, mais beaucoup plus puissament, le carbonate de sodium détartre, dissout les matières grasses, détache, adoucit l’eau… Il sert aussi de fongicide et de bactéricide.

    Mode d’action

  • Dégraissant puissant : gazinière, four, hotte, vaisselle.
  • Désinfectant, antibactérien : pour la salle de bain, plan de travail, WC…
  • Débouche les canalisations.
  • Adoucit l’eau.
  • Nettoyant : vaisselle à la main ou en machine.

  • Comment l’utiliser ?

    Dilué dans l’eau
    Pour nettoyer et désinfecter les sols, les surfaces de cuisine, les salles de bain, la vaisselle
  • Pour toutes les surfaces : 1 cuillère à café de cristaux de soude pour 1 litre d’eau très chaude.
  • Pour dégraisser : ajouter à la recette ci-dessus 1 cuillère à café de savon noir.
  • Pour dégraisser les taches persistantes, ajouter encore 2 cuillères à soupe de cristaux.

  • Ajouté à l’eau de lavage (machine à laver le linge)

    Pour adoucir l’eau calcaire et accroître l’efficacité de la lessive "maison".
  • Ajouter un verre de cristaux de soude dans le tambour de la machine à laver le linge.

  • Dilué à de l’eau et du vinaigre
    Pour nettoyer les canalisations et les plomberies bouchées (bouchon organique).
  • Verser une poignée de cristaux de soude + 1verre de vinaigre blanc dans l’évier, le lavabo, la douche, la baignoire... Laisser agir 30 minutes (ou plus si besoin). Rincer à l’eau bouillante.
    Si le bouchon organique persiste, recommencer l’opération et utiliser une ventouse en complément.
  • Fabriquer 1 litre de  produit à laver la vaisselle
    Ingrédients
  • Bicarbonate de sodium
  • Savon noir mou
  • Cristaux de soude (carbonate de sodium)
  • Eau chaude
  • Huile essentielle de citron

  • Matériel
  • Flacon (ou bouteille) de 1 litre
  • Entonnoir
  • Cuillère à soupe (CS)
  • Cuillère à café (CC)
  • 1 bocal

  • Préparation
  • Verser dans le bocal : 2 CC de bicarbonate + 4-6 CS de savon noir + 3 CS de cristaux de soude.
  • Verser de l’eau chaude.
  • Mélanger.
  • Transvaser dans le flacon (ou bouteille d’un litre).
  • Allonger d ’eau pour remplir le flacon.
  • Quand le liquide est refroidi, ajouter 20-30 gouttes d’huile essentielle.
  • Mélanger, c’est prêt.
  • Les livres incontournables
    Les livres à venir consulter et/ou emprunter au centre de documentation de l’Arehn à Rouen (Haute-Normandie) ou à acheter dans toutes les librairies

    Le grand ménage : mes recettes pour une maison propre naturellement
    de Raffa (2009, Soliflor), 130 p.
    Raffa, auteur du fameux blog « Le grand ménage » (http://raffa.grandmenage.info/), nous livre ses recettes pour composer soi-même ses produits d'entretien écologiques et économiques pour la maison

    Je fabrique mes produits ménagers. Et mon shampooing, mon savon
    ...de Laétitia ROYANT, (2010, Terre Vivante) 96 p.
    Pour découvrir ou redécouvrir les recettes naturelles, les astuces d'autrefois et des techniques simples avec quelques produits de base, permettant d'assurer le nettoyage de la maison.

    Le ménage au naturel
    de Nathalie BOISSEAU, (2009, Editions Alternatives), 110 p. (Tout beau tout bio !)
    Un tour d'horizon des gestes et astuces pour limiter les substances actives utilisées dans la maison : nettoyer les sols, fabriquer sa propre lessive, supprimer les odeurs du frigidaire, entretenir son parquet. Pour toute la maison, des recettes simples, à réaliser avec des ingrédients en vente dans les commerces.

    Nettoyons vert ! Les produits d'entretien écologiques "maison"
    de Marie-Luc SARAZIN (2010, Anagramme Editions) 127 p
    Marie-Luc Sarazin nous livre ses recettes pour composer soi-même ses produits d'entretien écologiques pour toute la maison. Elle passe aussi en revue les matières premières indispensables et les caractéristiques des plantes utilisables pour nettoyer.

    Savons noirs à tout faire : 1200 trucs et astuces naturels et écologiques - adresses utiles
    de Inès PEYRET (Dauphin, 2010), 271 p.
    Un livre complet sur les propriétés et une foule d’informations sur le savon noir – Références bibliographiques

    Bicarbonate à tout faire
    de Anne-Catherine Boulanger et Anita (2011, Hachette), 63 p.
    Les trucs et astuces pour utiliser le bicarbonate pour l’entretien de la maison, cuisiner, se soigner partout

    Le vinaigre malin
    de Michel DROULHIOLE, (Leduc. S Editions, 2009), 192 p.
    Produit miracle aux vertus innombrables, le vinaigre a tout pour plaire ! Côté maison, c'est une véritable fée du logis : anticalcaire, antirouille, détachant, désodorisant... Côté santé, le vinaigre sera votre ami au quotidien : dents blanches, cheveux lumineux, anti-mal de tête... Et il est aussi votre meilleur partenaire minceur !


    A retirer au centre de documentation et/ou à télécharger sur le site Internet, le "Connaître pour agir" de l’Arehn : "Les produits d’entretien, faites-les vous-même !".

    A consulter également Les produits ménagers écologiques : "fiche-outils de l'AREHN".
     Fiche-outils réalisée par le centre de documentation de l'Agence régionale de l'environnement de Haute-Normandie sur le thème des produits ménagers écologiques.
    La fabrication de produits d’entretien "maison" semble intéresser de plus en plus le grand public à en juger par le nombre d’ouvrages, d’articles de presse, de magazine télé, d’ateliers, de forums spécialisés… proposant de nombreuses recettes à base de produits naturels comme le savon de Marseille, le vinaigre blanc, le bicarbonate… pour fabriquer lessive, produit désinfectant, encaustique…
    Cette fiche-outil recense les produits documentaires disponibles au centre de documentation de l’Arehn : livres, revues, publication, affiches… et de plusieurs liens utiles sur Internet traitant de la toxicité des produits ménagers, des gestes pour se protéger, des recettes pour fabriquer ses produits…